« Des femmes dans la mafia » d’Anne Veron et Milka Kahn

Sciences humaines, socio-économique

Quelle est la place des femmes dans la Cosa Nostra, la camorra ou encore la ’Ndrangheta ?
Vingt ans après l’assassinat des juges antimafia Falcone et Borsellino commît par Toto Riina, Anne Véron montre à travers trois portraits de femmes, filles, sœurs­­ des « hommes d’honneur » sont souvent à la fois victimes et complices de l’horrible pieuvre.

Si l’on réfléchit un instant, dans la mafia, les hommes sont rarement à la maison car ils sont soit en fuite, soit en prison. Ils passent donc peu de temps avec leurs enfants. Alors qui est-ce qui transmet la culture mafieuse? Le père qui n’est jamais là? Les dépositaires du crime originel ce sont les femmes. Ce sont les femmes qui créent dans l’imaginaire des enfants des hommes extraordinaires.


« Aujourd’hui, le mot « mafia » est irrémédiablement associé à un monde d’hommes, de violence, de trafics illicites Or, la « femme d’honneur » existe. Elle constitue l’autre versant, souvent occulté, de la Mafia. »


Protégées par les stéréotypes culturels, le fameux concept de « fragilitas sexus » de sexe faible, hérité du droit romain a donc offert aux femmes une sorte de protection vague et à jamais codifiée, face a la loi.
Les femmes ont continué à acquérir toujours plus de poids dans les activités criminelles de la mafia, notamment dans la sphère économique et financière.

Seulement les femmes qui succèdent aux hommes en voulant démontrer qu’une femme peut faire les mêmes choses qu’un homme ne se rend pas compte qu’elle s’identifie au modèle masculin qui l’opprime. Finalement elle ne s’est pas rebellée, Elle est juste passé du côté des plus forts et a fini par perpétuer le pouvoir dont elle avait été victime. Et même si on parle de pseudo-émancipation,il ne s’agit pas pour autant de libération, la vraie libération est sans doute celle des femmes qui a l’image de Rita Altri ou Anna Carrino choisissent de changer de vie en collaborant avec la justice, pour casser la transmission des rites mafieux souvent profondément sexistes et machistes.


« Infâme », c’est le terme utilisé par les familles mafieuses pour désigner les collaborateurs ou les témoins de justice: ceux qui trahissent l’organisation. »


Et même si en apparence la mafia d’aujourd’hui ne tue qu’en dernier recours, elle est plus puissante qu’avant. Elle est passée à une criminalité en col blanc, de gestion, à laquelle les femmes s’intègrent plus facilement. Du coup, depuis quelques années, elles sont plus nombreuses en prison : plus de deux cents aujourd’hui selon Anne Veron.


« Des femmes dans la mafia,madones ou marraines? » Anne Veron et Milka Kahn – Éditions nouveau monde