« La maison dans l’impasse » de Maria Messina.

classique, Littérature étrangère

En Sicile, la condition de la femme est subordonnée à celle de l’homme, avec des pans de radicalisme machiste qui, dans un passé encore récent, ont donné lieu à de retentissantes exclusions de la vie publique. Selon un scénario écrit d’avance, la femme, en Sicile, est conditionnée au niveau de ses choix existentiels, matrimoniaux et professionnels. Les femmes sont toujours ailleurs, à l’écart du groupe. Mais ce n’est qu’une partie de la réalité. La femme, et surtout la Mère, trouve sa place principale dans les limites du cercle familial.

C’est dans ces circonstances et à une époque pas si lointaine qu’évoluent nos deux protagonistes. Deux sœurs à la destinée toute tracée.

L’autrice Maria MESSINA dépeint la vie sicilienne telle qu’elle et n’offre ni paysages grandioses, ni drames sanglants. Avec finesse et sensibilité, Elle en saisi toute la nouveauté à l’intérieur de la fiction narrative sicilienne.

Nicolina et Antonietta grandissent dans une famille heureuse et nombreuse, tout semble réussir à cette famille de renom malheureusement leur père Don Pasquale alors secrétaire communal qui n’a rien d’un homme d’affaires dépensa rapidement son maigre capital.

Jusqu’au jour où un bienfaiteur le tira d’affaire. Cet homme c’est Don Lucio.

Lorsque Don Lucio demande Antonietta en mariage, il consent aussi à ce que Nicolina la plus jeune des sœurs puisse vivre avec eux.

Nicolina, cependant, qui ne devait être avec eux que temporairement y vivra toujours et s’occupera dévotement de toutes les taches domestiques ainsi que la garde des trois enfants du couple.

Nicolina tout comme sa sœur Antonietta seront dominées par l’attention malsaine de cet homme qu’on pourrait aujourd’hui qualifier de « pervers narcissique ».

Cette situation mêlera trahison et rancoeur. Les sœurs amies deviendront sœurs ennemies.

Cependant un rôle important, centrale est joué par Alessio le fils aîné. Sensible, intelligent et attentif à ce qui se passe à l’intérieur comme à l’extérieur de ces quatre murs domestiques, il sera au centre d’une tragédie qui tombera comme un rocher sur la vie des protagonistes. Antonietta et Nicolina passeront leurs journées « comme des âmes en peine  » et l’homme continuera d’avoir ses propres certitudes impénétrables.

Dans le monde de Messina, les femmes souffrent depuis longtemps et les hommes sont horribles. À ce jour, Elle est considéré comme étant une écrivaine féministe car le but de ses écrits est de révélé les conditions de soumission dans lesquelles les femmes ont été forcées de vivre. Loin du tableau de la Sicile romantique, ces femmes ne donnent pas l’image d’une vie plus riche en dehors de leur foyer. Docile et maltraitée, de célibataire solitaire à mères oubliées… essentiellement des femmes qui existent pour un peu plus que pour servir leurs hommes et reproduire plus de garçons à choyer et de filles à former dans la plus pure tradition machiste.


« La maison dans l’impasse » de Maria Messina – Éditions Cambourakis – Traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli.